Parler dans une langue étrangère quotidiennement / Speaking a foreign language daily

Mis à jour : sept. 16

Originally on Sur le Bout de la Langue


Avant de partir pour mon premier stage à l’étranger, ma maîtrise de l’anglais était bonne d’un point de vue académique. Je pensais que j’allais m’en sortir facilement. Mais l’anglais auquel j’ai eu à me confronter ne ressemblait en rien à celui auquel on m’avait habitué à l’école – enregistrements audio/vidéos d’entretiens, journaux télés, discours politiques, entre autres. En somme, un anglais au débit assez lent et facilement compréhensible. En plus d’être assez simples, nous avions très peu d’entraînements audio et peu de pratique orale, et surtout un faible nombre d’heures de cours (seulement 1h30/2h par semaine). Je n’avais pas été confronté à la réalité de la langue. Peut-être que les cours de langue dans les écoles françaises ne sont pas adaptés.


Before my first internship in a foreign country, my English proficiency was good in (French) academic standards. I thought that I was going to do well. But the English I was confronted to in real life did not look/sound like the one that we practiced at school : audio/video recording of interviews, TV news, political speeches, etc. All in all, an English with a low speed flow and easily understandable. More than just being simple oral understanding exercices, they were very few, there was not much oral practice and the number of hours of English class was very low (1h30/2h per Week). I was not confronted (enough) to reality of the language. Maybe the classes in our (French) schools are not adapted.


Mon premier jour s’était plutôt bien passé. J’arrivais à communiquer sans trop de problèmes avec mes collègues. Mon anglais, même s’il n’était pas fluide, était facilement compréhensible (d’après la réaction de mes collègues) et je trouvais toujours une manière d’exprimer les choses sans forcément connaître le vocabulaire approprié. Mais le contentement a été de très courte durée. Car il ne s’agissait pas d’un effort ponctuel. Je devais continuellement parler anglais. Pour corser les choses, il n’y avait pas un francophone autour. Les seules personnes avec lesquelles je pouvais communiquer en français étaient mes parents ou mes amis, à distance. Malheureusement ces communications étaient assez rares. Plus les jours passaient, plus je pouvais sentir la frustration monter, ne trouvant aucun moyen d’exprimer certaines choses, parfois même mes émotions.


My first day went well. I managed to communicate without any major problem with my colleagues. Even though it was not fluent, my English was easily understandable (according to my colleagues’ response) and I always found a way to express things without knowing the appropriate words. But I was feeling content only for a short period. Because it was not a one-moment effort. I had to continuously communicate in English. To make things harder, there were no French speakers around. The only people with whom I could communicate in French were my relatives and my friends. Unfortunately for me, communications were rare. The more the days passed, the more I felt frustrated, finding no way to express things, even sometimes emotions.

Une photo qui résume bien mes premiers jours à devoir parler continuellement anglais : un chemin jonché d’obstacles A picture that sums up well my first days speaking continuously English : a path full of obstacles

Certaines personnes, n’étant que monolingues (dans ce contexte anglophones) et pas forcément habitués à être en contact avec d’autres langues et d’autres cultures, pouvaient parfois se montrer peu coopérantes (non, ce ne sont pas seulement les français qui ne font pas d’effort pour comprendre les non-natifs qui tentent de parler notre langue). Cela arrivait parfois même que ces personnes se montrent agacées ou impatientes, alors que c’était moi qui était en situation de difficulté, ce que je trouvais normal à ce moment-là. Aujourd’hui, en y repensant, je trouve cela inapproprié et incompréhensible (pourquoi devrais-je me culpabiliser pour la maîtrise inachevée d’une langue étrangère à un instant T ?) ! Nous sommes tous passés par là, une langue ne s’apprend pas d’un claquement de doigts.


Some people, being monolingual (in this particular context English speakers) and not necessarily used to being in contact with other languages or cultures, would not try to help me (no, it is not only French people who do not make an effort to understand what a non-Native would try to say in our language). Sometimes, these people would be annoyed or become impatient, even though it was me who was in a difficult situation, something I thought was normal at that time. Today, I found those reactions inappropriate and not understandable at all (why should I put the guilt on myself for my incomplete control of a foreign language at the present moment ?) ! We all went through this, a language is not learnt in the blink of an eye.


Au lieu de se culpabiliser pour sa maîtrise incomplète d’une langue étrangère et ainsi se retrouver bloqué dans sa progression par manque de confiance, il faut au contraire se dire que nous faisons l’effort d’apprendre et de communiquer dans la langue d’un autre et ignorer ses attitudes et remarques déplaisantes. Nous avons un avantage par rapport aux personnes monolingues, ces personnes n’ont aucunement le droit de nous juger sur nos efforts.


Instead of feeling guilty for not mastering a language fully and finding oneself trapped in one’s progression due to the lack of self-confidence, one shall rather think that they already make the effort of learning and communicating in the language of another and ignore their attitudes and unpleasant remarks. We have an advantage over monolingual people and they do not have the right to judge us for our efforts.


Cette situation dans laquelle je me trouvais a duré plusieurs mois (environ 5/6 mois selon ma mémoire). On pourrait croire que c’était simplement lié au fait que cela prenait du temps pour parler couramment une langue. J’ai pu infirmer cette pensée en décidant quelques années plus tard d’améliorer mon espagnol, dont la progression a été beaucoup plus rapide. La progression était en fait plus liée à des facteurs externes qu’à des facteurs intrinsèques à l’apprentissage de la langue. Et dans mon cas, il s’agissait d’une question de confiance en soi et de ma tolérance envers les erreurs.


This situation lasted for many months (at least 5/6 months). We can think that it was simply linked wih the fact that it always takes time to speak fluently a new language. This statement was overturned by my experience of improving my Spanish, which took much shorter time. In fact, improvement was more linked to external factors than to factors intrinsic to learning a language. And in my case, it was a question of self-trust and my tolerance for mistakes.


Je voulais toujours me montrer confiant dans ma maîtrise de l’anglais et cela passait pour moi par une intolérance forte à l’erreur. Grammaire, vocabulaire, orthographe, prononciation, tout devait être parfait ou approcher au maximum un niveau natif. Une exigence énorme qui m’amenait forcément à me culpabiliser facilement pour de petites erreurs. Mais il s’avère que c’était contreproductif. Mon exigence m’amenait à faire le maximum pour éviter l’erreur et donc à réduire mon temps de parole dans une conversation. Or une langue est faite pour communiquer.


I always wanted to show confidence in my mastery of English and, for me, that went through a strong intolerance for mistakes. Grammar, vocabulary, spelling, pronunciation, everything had to be perfect or be the closest to Native level. An enormous exigence that forcibly led me to feel guilty easily and for the smallest mistakes. It showed unproductive. My exigence made me avoid as best as I could making mistakes, and therefore reduce my speaking time in a conversation. But a language is made for communication !


Après plusieurs mois, par la force des choses, mon anglais s’est naturellement fluidifié. Malgré la présence de francophones par la suite, j’ai appris à ne pas tomber dans la facilité et passer du temps uniquement avec des francophones. J’apprenais plutôt à apprécier la compagnie de personnes dont la langue et la culture étaient différentes et à m’enrichir de ces expériences.


After several months, by force of circumstance, my English naturally became more fluent. Despite the presence of French speakers later, I learnt not to fall for the easy option of staying around them most of the time. In fact, I learnt to appreciate the company of people whose Native language and culture were different. And my experience only got more enriching.

En partageant un BBQ coréen avec Kazuki (un Japonais) à Delhi, j’ai appris à utiliser des baguettes pour manger, chose à laquelle je n’étais jamais parvenu auparavant! Sharing a Korean BBQ with a Kazuki (Japanese) in Delhi, I learnt how to use properly chopsticks to eat, something that I never managed to do before!

Dans les années qui suivirent le stage, mon apprentissage et mon perfectionnement des langues s’étaient sensiblement améliorés. Est-ce que j’aurais un avantage sensible à cause de mon bilinguisme “de naissance” ? Cela explique certaines facilités dans l’apprentissage (en particulier la prononciation) mais cela n’explique pas tout (et selon moi, seulement une infime partie des choses). Est-ce que j’aurais les stratégies adaptées ? Mes expériences m’ont sûrement à aider à trouver les bonnes stratégies. Mais il ne s’agit pas que de cela. Je pense que l’attitude y est pour beaucoup. Selon moi, tant que l’envie n’est pas là, tant que la tolérance et l’empathie (par soi-même pour les autres et par les autres pour soi) n’est pas là, tant que le besoin ne se fait pas ressentir, il y a peu de chances d’apprendre ou de progresser dans une langue.


In the years following my internship, the speed at which I was learning or improving the mastery of a language dramatically got better. Do I have an advantage because of being “born” bilingual ? It explains some easiness in Learning (particularly for pronunciation) but it does not explain everything. Did I integrate the appropriate strategies ? My experience definitely helped my find the good strategies. But it is not only about that. I think that attitude has a lot to do with learning. In my opinion, as long as there is no desire, as long as there is no tolerance or empathy (from oneself for the other and from the other) and as long as there is no need felt, there is little chance to learn or to improve in any language.


Si je n’avais pas eu pour projet de partir en Amérique latine pour des stages, j’aurais eu moins d’intérêt à perfectionner mon espagnol. Si je n’étais pas tombé amoureux des sons et des gestuelles de l’italien, les chances que j’aie appris cette langue auraient été plus faibles. Les déclics peuvent être nombreux et il n’y a aucune raison de les lâcher. Car parler une nouvelle langue nous ouvre une porte sur un autre monde, d’une richesse unique : des personnes (de nouvelles relations venant d’autres horizons), une culture, la gastronomie, des activités, des opportunités (d’emploi), etc ! La liste est longue, je vous laisse l’imaginer vous-même !


If I did not have the project to go to Latin America for internships, I would not have any particular interest in improving my Spanish. If I did not fall in love with the sounds and gesture of Italian, the chances that I would have learnt that particular language would have been very low (or inexistent). Calls for learning are numerous and there is no reason to set them aside. Because speaking in a new language opens a door on another world, of a unique wealth : people, culture, food, activities, (employment) opportunities, etc ! The list is long, I let you imagine what else you could get from learning a language !

Quand ton premier plat en Italie te fait savourer le pays et ses traditions, comment ne pas résister à l’envie d’apprendre cette si belle langue (grand merci à Valerio et sa famille !) When your first meal in Italy makes you taste the country and its traditions, how can you not resist the desire to learn that beautiful language (many thanks to Valerio and his family for this lovely meal!)

A bientôt pour mon prochain article sur mon expérience des cours de langues au collège, au lycée et pendant mes études supérieures !


Stay tuned ! My next article will be about my experience of language classes in middle school, high school and college !


Kevin


#english #language #positive #selflearning

Improve Your English With Kevin

Formulaire d'abonnement

  • Facebook
  • LinkedIn

©2020 par Kévin Sundareswaran. Créé avec Wix.com