Pourquoi “Black Lives Matter”* ? / Why “Black Lives Matter”?

Mis à jour : sept. 16

Originally on Sur le Bout de la Langue


*Black Lives Matter : Les vies noires comptent


Si la réponse semble évidente pour certains car ils ont une très bonne connaissance du sujet, elle ne l’est pas pour tout le monde. C’est pourquoi je souhaite y répondre ici. C’est un sujet qui n’est pas directement lié à celui du blog mais je sens l’importance de m’exprimer sur celui-ci au regard des valeurs portées par les articles que j’écris (respect, ouverture d’esprit, échanges interculturels, multiculturalisme, etc.) et au regard de l’actualité, d’autant que j’ai pu travailler sur des présentations autour du sujet pendant mes études supérieures (concept de race, discrimination à l’accès au logement, discrimination des femmes noires, incarcération massive etc.) Je partage ici mes connaissances, ma compréhension et mon point de vue sur le sujet, en tant que personne issue moi-même d’une minorité en France. C’est un sujet très sensible et je peux comprendre les réactions partagées face à ce qui est écrit. Tout message haineux/raciste sera supprimé de toute évidence. N’hésitez pas par contre à échanger avec moi en commentaires, avec respect et courtoisie.


If the answer seems obvious for some because they have a deep knowledge of the subject, it is not the case for everyone. That is why I want to answer it here. It is not a subject that is directly linked to the blog’s one, but I sense the importance of expressing myself regarding the values that the articles I write carry (respect, openmindedness, intercultural exchanges, multiculturalism, etc.) and regarding the current events, especially when I had the opportunity to work on presentations around the subject during my studies (concept of race, housing discrimination, discrimination of Black women discrimination, mass incarceration, etc.). I share my knowledge, my understanding and my point of view on the subject here, as a person coming myself from a minority in France. It is a very sensitive subject and I can understand the shared reactions to in front of what is written. Of course, any heinous/racist message will be deleted. But don’t hesitate to exchange with me in the comments, with respect and courtesy.


La crise sanitaire du Covid-19 n’empêche pas tout type de discrimination de continuer à sévir. Elle rend même la situation encore plus difficile pour les minorités. Nous en sommes toujours témoins avec, dernièrement, la brutalisation policière d’un homme à Minneapolis aux Etats-Unis, causant sa mort. Une réaction humaine juste est bien sûr celle de rejeter l’acte criminel de l’agent de police, mis en cause seulement pour meutre au troisième degré. Quand un agent de police blanc se permet de mettre à mort un homme noir lors de son interpellation, il ne s’agit pas d’un simple acte isolé et irrationnel. Il fait partie d’une série d’abus policiers représentant des siècles de domination sur les Noirs.


The Covid-19 health crisis does not prevent any type of discrimination from taking place. It even makes the situation worse for minorities. We are witnesses of it again with police brutality on a man in Minneapolis, USA, causing his death. A decent human reaction is to strongly reject the criminal act of the police agent, charged only for murder at the third degree. When a White police agent thinks he can put a Black man to death during his arrest, it is not a simply isolated and irrational act. It is part of a series of police abuses representing centuries of domination over Black people.


Et ces méfaits sont aujourd’hui amplifiés par le racisme décomplexé cautionné par le président actuel des Etats-Unis. Même les civils n’hésitent pas à être ouvertement racistes, comme le prouvent de très nombreuses vidéos témoins circulant sur les réseaux sociaux. Quand une personne, noire, doit choisir entre porter un masque et augmenter ses risques se faire tirer dessus (déjà grands) ou risquer de mourir du Covid-19 alors c’est qu’il y a un problème très profond dans nos sociétés. Et il est bon de savoir, sinon se rappeler, de tout ce qui a été vécu et qui est encore l’expérience d’une partie de la population du monde et leurs ancêtres.


And these misconducts are amplified today by the overt racism supported by the current president of the United States. Even civilians do not hesitate to be openly racist, as several witness videos circulated on social networks. When a Black person has to choose between wearing a mask and take an (even greater) risk of being shot or taking the risk of dying from the Covid-19, then there is a very deep problem in our societies. And it is good to know, or remember, what has been lived and experienced by a part of the world’s population and their ancestors.

Pourquoi les Noirs en particulier ?


Why Black people in particular?


Encore aujourd’hui, en 2020, beaucoup de minorités sont encore discriminées. Pas seulement des minorités raciales mais aussi des minorités religieuses, liées au genre ou à l’orientation sexuelle. Certaines personnes auraient tendance à vouloir plutôt dire “All lives matter”1 (Toutes les vies comptent), considérant le fait que la discrimination ne touche pas que les Noirs et que, de manière générale, toute vie humaine compte. Si cela semble faire sens d’un point de vue strictement humain, cela ne fait pas sens d’un point de vue historique et social. L’histoire de l’humanité n’est pas unique : c’est une histoire plurielle, qui a forgé nos sociétés au cours de dizaines de milliers d’années d’interactions entre individus, entre groupes sociaux, entre peuples, entre nations.

Even now, in 2020, many minorities are still discriminated against. Not only racial minorities but also religious, gender and sexual orientation based minorities. Some people have the tendency to rather say “All lives matter”2, considering the fact that discrimination does not touch only Black people and that, in general, all human lives matter. If this makes sense from a strictly human point of view, it does not make any sense historically and socially speaking. Every one of us do not have the same history: the history of humanity is a plural one, our societies being built through tens of thousands of years of interactions between individuals, between social groups, between different groups of people, between nations.

Si les échanges existent depuis que les premiers peuples se sont rencontrés, ils n’ont pas toujours été égaux, en particulier pour les Noirs. La domination a façonné les relations entre seigneurs et serfs, entre rois et sujets, entre colons et colonisés, entre maîtres et esclaves. Parmi les personnes dominées à travers l’histoire de l’humanité, des millions de personnes vivant en Afrique subsaharienne ont été amenées en esclaves sur d’autres continents pour y être exploitées. Les autres ont été “civilisées” et discriminées sur leurs propres terres ancestrales, comme tant d’autres peuples colonisés. Mais l’ampleur des problèmes rencontrés par les Noirs aujourd’hui est telle qu’elle n’a presque aucun équivalent dans le monde. Voir le sujet des violences policières à travers le prisme de la race permet de capturer toute la profondeur du problème. Car la race n’est pas seulement liée à la couleur de peau mais elle est aussi le fruit d’une histoire qui façonne les vies de centaines de millions de personnes.


If exchanges have existed since the first groups of people met, they were not always equal, especially for Black people. Domination shaped relationships between lords and serfs, between kings and subjects, between colonizers and colonized, between masters and slaves. Among dominated people throughout the history of humanity, millions of people living in Sub-Saharan Africa were brought as slaves to other continents to be exploited. The others were “civilized” and discriminated in their own motherlands, like many other colonized people. But the width of the problems met by Black people today is not comparable to almost any other minority’s experience in the world. Looking at the subject of police violence through the prism of race allows us to capture the whole depth of it. Because race is not only the color of the skin but also the result of a history that shapes hundreds of millions of lives in the world.

Photo by quadelirus on Flickr (“Slavery”)

Si l’esclavage a été aboli quasiment partout dans le monde à la fin du XIXème siècle, de nouvelles politiques sont apparues pour faire perdurer la domination par la suite. Une des dernières politiques ouvertement racistes utilisées au XXème siècle, est l’apartheid. Régime politique institutionnalisé aux Etats-Unis et en Afrique du Sud au début du XXème siècle, il visait à séparer cliniquement les Blancs des Noirs (et des “Coloured” en Afrique du Sud) dans les espaces publics. Inspiré d’une vision eugéniste (vision biologique des races), il permettait selon leurs précurseurs de préserver la pureté des races et donc d’empêcher le métissage global. Dans certains empires coloniaux, s’il n’y avait pas de régime institutionnalisé de ségrégation, le statut d’”indigène” permettait de discriminer les peuples colonisés en limitant strictement leurs opportunités dans la vie.


Even if slavery was abolished almost everywhere in the world at the end of the 19th century, many new policies were implemented to continue the domination of Black people. One of the last openly racist policies used in the 20th century, is apartheid. An institutionalized political regime in the United States and in South Africa at the beginning of the 20th century, it had the goal of separating clinically White people from Black people (and Coloured people in South Africa) in public spaces. Inspired by a eugenic vision (biological vision of races), it allowed for its precursors to preserve the purity of races and to prevent global interbreeding. In some colonial empires, if there was no institutionalized regime of segregation, the status of “indigenous” allowed the colonial empire to discriminate the colonized people by strictly limiting their opportunities in life.

Des discriminations désinstitutionnalisées mais qui perdurent


Discrimination that is no more institutional but still present


Le régime d’apartheid institutionnalisé aux Etats-Unis et en Afrique du Sud mais aussi les discriminations passées dans les empires coloniaux européens ont laissé une marque profonde dans ces pays. Si certaines actions civiques ont permis d’améliorer la situation et de mettre fin à l’apartheid du milieu du XXème siècle (Brown VS Board of Education of Topeka (1954) jusqu’à la fin du XXème siècle (fin de l’apartheid en Afrique du Sud (1991)), les discriminations et la ségrégation perdurent, et l’écart socio-économique entre les Noirs et le reste de la population est grand dans ces pays. S’il n’y a pas d’études pour le prouver dans plusieurs pays européens (notamment la France), des études montrent qu’il existe aux Etats-Unis3 ou en Afrique du Sud.


The institutionalized regime of apartheid in the USA and in South Africa but also past discrimination in European colonial empires have left a deep scar in these countries. If some civil actions have allowed the situation to get better and to put an end to the apartheid from mid-20th century (Brown VS Board of Education of Topeka (1954)) to the end of the 20th century (end of the apartheid in South Africa (1991)), discrimination and segregation persisted, and the socioeconomic divide between Black people and the rest of the population is wide in these countries. If there is no study to prove it in many European countries (notably in France), several studies do in the USA4 and in South Africa.

Photo by Library of Congress onUnsplash

De plus, au lieu de réduire les discriminations, certaines politiques ont renforcé les discriminations durant les dernières décennies. Un des cas les plus récents, aux Etats-Unis, est celui du Crime Bill passé par Bill Clinton en 19945, augmentant les peines d’emprisonnement et leur durée. Adopté pour adresser la criminalité grimpante à cause notamment du trafic de drogue, elle a entraîné une incarcération massive, principalement de Noirs. Et il ne s’agit pas de petits chiffres (le nombre de personnes incarcérées a doublé en 20 ans, passant de près de 100 000 détenus (1996) à plus de 200 000 (2016)). L’ancien président a lui-même présenté des excuses, 20 ans plus tard, devant la NAACP. Si l’amendement a permis de faire chuter la criminalité, elle a laissé des petits délinquants en prison trop longtemps, détruisant la cohésion au sein de nombreuses familles américaines.


Moreover, instead of reducing discrimination, some policies reinforced discrimination in the last decades. One of the most recent cases, in the United States, is the Crime Bill passed by Bill Clinton in 19946, increasing imprisonment sentences and their time duration. Adopted to address the sharply increasing criminality, due especially to drug trafficking, it has led to mass incarceration, especially of Black people. And they are not small figures (the number of incarcerated people has doubled in 20 years, moving from 100,000 detained (1996) to 200,000 (2016)). The former president presented his excuses in front of the NAACP 20 years later. If the amendment has allowed criminality to sharply decrease, it left many minor delinquents in prison too long, tearing apart many American families.

L’incarcération massive des Noirs aux Etats-Unis7 est un sujet de préoccupation majeure. Même si les chiffres8 sont en baisse depuis 2001, le nombre d’hommes noirs incarcérés est presque 6 fois plus élevé que celui des hommes blancs en 2017. Chez les femmes noires, il s’agit d’un chiffre 2 fois plus élevé que chez les femmes blanches. Ce n’est pas le seul pays à avoir ce problème. Par exemple, la France connaît en plus d’une surpopulation carcérale une surreprésentation de jeunes issus de l’immigration (2ème ou 3ème génération) parmi ses détenus (dont des Noirs, mais malheureusement le sujet est encore tabou ici et des études basées sur la race ne sont pas possibles de manière générale)9.


The mass incarceration of Black people in the USA10 is a worrying matter. Even if the figures11 have decreased since 2001, the number of Black men incarcerated was 6 times as high as White male incarceration in 2017. For Black women, the figure is 2 times higher than for White women. It is not the only country facing the problem. For example, even if France has a problem of prison overcrowding, it has also an over-representation of 2nd or 3rd generation young immigrants among the detainees (including Black people, but unfortunately the subject is still taboo here in France and studies based on race are not allowed in general)12.


Pourquoi y a-t-il autant de Noirs dans les prisons ? La première réponse semble être logique mais il s’agit d’un jugement trop hâtif. Tout d’abord parce qu’il considère que tous ceux qui sont en prison et en détention sont coupables du délit ou du crime dont ils sont accusés. Mais aussi parce que, si une partie d’entre eux est réellement coupable, c’est ne pas comprendre ce qui a mené au délit ou au crime. Pourquoi, au lieu d’être “dans le droit chemin” et de s’en sortir dignement dans leurs vies, se mettent-t-ils à gagner leur vie illégalement ? Si certaines activités informelles sont fortement réprehensibles (du point de vue légal), elles permettent à des milliers de famille de survivre. Dans le désespoir, dans l’impossibilité d’avoir des revenus suffisants, ce que certains d’entre nous appellent l’”argent facile” est l’ultime recours pour ces familles. Et certains jeunes y prennent part, compromettant malheureusement leurs études et leurs chances de réussir dans le futur. Mais peut-on les blâmer?


Why are there so many Black people in prison? The first answer seems to be obvious, but it is a hasty judgment. First, because it assumes that all the people in prison or in detention are guilty of a delinquency or a crime they are accused of. Secondly, because even if a part of them is truly guilty, it is not understanding what brought them to commit the delinquency or the crime. Why, instead of being “on the right path” or trying to live with dignity, do they earn money illegally? If informal activities are highly reprehensible (from a legal standpoint), they allow thousands of families to survive. In desperation, in the impossibility to have decent wages, what some of us call “easy money” is the ultimate recourse for these families. And some young people are pushed to take part in it, unfortunately compromising their studies and their chances of succeeding in the future. Can we blame them?


Face à des obstacles multiples dans leur vie (discrimination à l’embauche, accès à des emplois peu rémunérateurs, discrimination à l’accès au logement, discrimination policière, etc), le parcours est semé d’obstacles incalculables pour eux-mêmes et pour leurs parents, et souvent leur seule parente. C’est là que le sujet croise celui du genre car la majorité des familles noires sont monoparentales avec une femme en charge d’un ou plusieurs enfants13. Seule, elle doit s’accaparer toutes les tâches (le travail et les tâches domestiques) mais en plus faire face à des discriminations supplémentaires, liées au genre (discrimination augmentée, violence sexuelle, etc.) Déjà désavantagés, les jeunes doivent composer avec un environnement contraignant qui peut mener à toute décision et se retrouvent pour beaucoup dans la même situation. Il s’agit d’un cercle extrêmement vicieux. Si seulement plus de temps et d’argent était investi dans l’éducation, la sante et l’accès à l’emploi au lieu de l’être dans la sécurité et la défense, la situation n’en serait que meilleure.


Facing multiple obstacles in life (discrimination in hiring, access to jobs that are not paid well enough, discrimination in access to housing, police discrimination, etc.), the path is mined with uncountable obstacles for themselves and for their parents, often a single female parent. And that is where the subject crosses the genre’s one because the majority of Black families are mono-parental with a woman in charge of one or more children14. Alone, she has to take care of all tasks (the work but also house chores) and moreover has to face additional discrimination, linked to genre (increased discrimination, sexual violence, etc.). Already disadvantaged, the youth has to compose with a constraining environment leading to all sorts of decisions and end for many in the same situation. It is an extremely vicious circle. If only more time and money were spent on education, health and access to jobs instead of being invested in security and defense, the situation would only be better.


Quelles actions mener à notre échelle pour faire bouger les lignes ?


What actions to make things change at our scale?


Pourquoi prendre la défense de l’homme noir mort il y a quelques jours ? Il ne s’agit pas de juger de son implication dans des délits ou crimes (c’est à la justice de faire ce travail), mais seulement de clamer haut et fort que le fait d’être suspect d’un délit ou d’un crime ne cautionne pas la mise à mort, quelles que soient les circonstances ! Nous ne pouvons pas rester sans (ré)agir face à ces injustices flagrantes dans nos pays. Il est de notre devoir à toutes et tous, par de simples petites actions quotidiennes (de réflexion, de compréhension, d’empathie) ou par de grandes actions collectives, d’apporter notre part d’effort.


Why take the defense of the Black man who died a few days ago? We’re not the ones to judge whether he was guilty of a crime he was suspected of (that’s justice’s job), but only to claim loud and clear that the fact of being suspected for a delinquency or a crime does not come in anyway to support killing for that, in whichever circumstance ! We cannot stay without (re)acting to these flagrant injustices in our countries. It is our duty, through simple daily actions (of reflection, comprehension and empathy) or through big collective actions, to bring our part in the effort.


Il ne s’agit pas de faire oeuvre de charité et surtout pas de se porter en sauveur mais de faire une introspection pour savoir si, consciemment ou inconsciemment, nous alimentons des stéréotypes racistes et/ou proférons des insultes et blagues racistes. Il s’agit d’être plus ouvert d’esprit en échangeant avec quelqu’un (ne pas insinuer qu’il/elle est de telle identité et qu’elle est comme ceci comme cela en prenant pour base leur seule apparence, etc.).Il s’agit aussi de comprendre l’expérience vécue par la personne et d’accepter le refus d’une personne de répondre à certaines de ses questions, jugées inappropriées.


It does not mean one has tobe charitable, or even more to become a savior, but that one has to do a regular introspection to know if, consciously or unconsciously, we fuel racist stereotypes and/or say racist insults or jokes. One has to be more open-minded when sharing with someone (to not insinuate the identity of the person and to say they are like this or like that based on their appearance, etc.). One also has to understand the experience lived by the other person and to accept refusal from the other to answer some questions, considered as inappropriate.


Les actions collectives contre les violences policières (manifestation avec distanciation physique, pétitions en ligne, etc) sont bien sûr les actions qui ont un impact significatif à grande échelle. Les manifestations qui ont actuellement lieu à l’échelle mondiale sont un symbole et un espoir de renouveau dans les mentalités de toutes et tous. Et celles-ci ne peuvent être bloquées par la crise actuelle car le racisme est un risque plus grand pour les Noirs15. Une action globale doit être prise pour mettre un terme aux discriminations.


Collective actions against police violence (marches with physical distancing, online petitions, etc) are of course the actions with significant impact at a high scale. The marches taking place all around the world are a symbol and a hope of renewal in the mentalities of all. And they cannot be stopped by the current crisis because racism is a greater risk for Black people16. A global action has to be taken to put an end to any form of discrimination.

Manifestation “Black Lives Matter” à Paris le 2 juin 2020 (photo prise par L’objectif de Chris (https://www.facebook.com/lobjectifdechris/))

Il y a une tension forte depuis un siècle entre les tenants de l’action violente et ceux qui sont pour la désobéissance civile et ce n’est pas un sujet que je vais aborder ici mais nul doute qu’elles sont toutes deux le résultat d’une histoire qu’on ne peut négliger ou sous-estimer. C’est pourquoi les vies noires comptent autant et que toutes les actions individuelles réunies et les actions collectives travaillant dans ce sens seront porteuses de résultats concrets et significatifs dans l’avenir !


There has been strong tension for a century between people supporting violent actions and those who are for civil disobedience and it is not a debate I would like to deal with here, but there is no doubt that both of them are the results of a history that we cannot neglect or underestimate. That is why Black lives matter so much, and that individual action altogether and collective actions that are working toward this will bring concrete and significant results in the future!


Pour en savoir plus sur le sujet, n’hésitez pas à lire les articles et les ouvrages ci-dessous et bien sûr à réagir en commentaires.


If you want to know more about the subject, do not hesitate to read the articles and books cited below, and of course to react in comments.


Kevin


Sources


References


1 / 2. https://www.huffpost.com/entry/whats-the-matter-with-all-lives-matter_b_7922482

3 / 4. https://www.alternatives-economiques.fr/international/les-inegalites-entre-noirs-et-blancs-aux-etats-unis-restent-tres-elevees-201506261006-00001639.html

5 / 6. https://edition.cnn.com/2015/07/15/politics/bill-clinton-1994-crime-bill/index.html

7 / 10. http://theweeklychallenger.com/mass-incarceration-of-african-americans/

8 / 11. https://www.statista.com/chart/18376/us-incarceration-rates-by-sex-and-race-ethnic-origin/

9 / 12. https://www.liberation.fr/france/2014/12/12/immigration-et-delinquance-ce-que-l-on-sait-ce-que-l-on-croit-savoir_1161343

13 / 14. Essays, UK. (November 2018). Gender Discrimination Of Black Women Sociology Essay. Retrieved from https://www.ukessays.com/essays/sociology/gender-discrimination-of-black-women-sociology-essay.php?vref=1

15 / 16. https://www.colorlines.com/articles/public-health-experts-weigh-covid-19-risks-protests

https://www.salon.com/2020/06/01/white-allies-dos-donts-racism-black-lives-matter-protest/

Books

Louise Daniel Hutchinson, Anna Julia Cooper, A voice from the South (1981)

W.E.B Du Bois, The Philadelphia Negro (1896)

W.E.B Du Bois, The Souls of Black Folk (1903)

E. Franklin Frazier, The Negro Family in the United States (1939)

E. Franklin Frazier, Black Bourgeoisie (1957)

Frantz Fanon, Black Skin, White Masks (1952)

Nancy Denton, Douglas Massey, American Apartheid – Segregation & Making of the Underclass (1994)

William Julius Wilson, The Truly Disadvantaged, 2nd edition (2012)

#blacklivesmatter #respect #saynotoracism

Improve Your English With Kevin

Formulaire d'abonnement

  • Facebook
  • LinkedIn

©2020 par Kévin Sundareswaran. Créé avec Wix.com